«

»

Fév 07

Cette cause commune des gilets jaunes et du peuple de France

Voici plusieurs mois que le mouvement des gilets jaunes a commencé.
Ce mouvement a vu le jour suite à une compilation de mesures d’austérité en France.
Le point de départ, la goutte d’eau qui a fait débordé le vase de la patience du peuple de France a été l’augmentation du prix du carburant.
Cette augmentation, cette énième mesure prédatrice a permis la naissance du mouvement des Gilets Jaunes.

Rapidement le mouvement et ses revendications ont évolués.
D’une revendication ciblée nous sommes passé à un grand nombre de revendications plus ou moins pertinentes mais toutes légitimes car elles sont l’expression de constats en lien avec des situations vécues par le peuple de France.

En voici une petite liste :

  • Démission d’Emmanuel Macron
  • Taxe sur le fuel maritime et le kérosène
  • Zéro SDF : URGENT.
  • Impôt sur le revenu davantage progressif (plus de tranches).
  • SMIC à 1300 euros net.
  • Favoriser les petits commerces des villages et centres-villes. (Cesser la construction des grosses zones commerciales autour des grandes villes qui tuent le petit commerce) + de parkings gratuits dans les centres-villes.
  • Grand Plan d’Isolation des logements. (faire de l’écologie en faisant faire des économies aux ménages).
  • Que les GROS (Macdo, google, Amazon, Carrefour…) payent GROS et que les petits (artisans, TPE PME) payent petit.
  • Même système de sécurité sociale pour tous (y compris artisans et autoentrepreneurs). Fin du RSI.
  • Le système de retraite doit demeurer solidaire et donc socialisé. (Pas de retraite à point).
    Fin de la hausse des taxes sur le carburant.
  • Pas de retraite en dessous de 1 200 euros.
  • Tout représentant élu aura le droit au salaire médian. Ses frais de transports seront surveillés et remboursés s’ils sont justifiés. Droit au ticket restaurant et au chèque vacances.
  • Les salaires de tous les Français ainsi que les retraites et les allocations doivent être indexés à l’inflation.
  • Protéger l’industrie française : interdire les délocalisations. Protéger notre industrie c’est protéger notre savoir-faire et nos emplois.
  • Fin du travail détaché. Il est anormal qu’une personne qui travaille sur le territoire français ne bénéficie pas du même salaire et des mêmes droits. Toute personne étant autorisée à travailler sur le territoire français doit être à égalité avec un citoyen français et son employeur doit cotiser à la même hauteur qu’un employeur français.
  • Pour la sécurité de l’emploi : limiter davantage le nombre de CDD pour les grosses entreprises. Nous voulons plus de CDI.
  • Fin du CICE. Utilisation de cet argent pour le lancement d’une Industrie Française de la voiture à hydrogène (qui est véritablement écologique, contrairement à la voiture électrique.)
  • Fin de la politique d’austérité. On cesse de rembourser les intérêts de la dette qui sont déclarés illégitimes et on commence à rembourser la dette sans prendre l’argent des pauvres et des moins pauvres mais en allant chercher les 80 milliards de fraude fiscale.
  • Que les causes des migrations forcées soient traitées.
  • Que les demandeurs d’asiles soient bien traités. Nous leur devons le logement, la sécurité, l’alimentation ainsi que l’éducation pour les mineurs. Travaillez avec l’ONU pour que des camps d’accueil soient ouverts dans de nombreux pays du monde, dans l’attente du résultat de la demande d’asile.
  • Que les déboutés du droit d’asile soient reconduits dans leur pays d’origine.
  • Qu’une réelle politique d’intégration soit mise en œuvre. Vivre en France implique de devenir français (cours de langue française, cours d’Histoire de la France et cours d’éducation civique avec une certification à la fin du parcours).
  • Salaire maximum fixé à 15 000 euros.
  • Que des emplois soient crées pour les chômeurs.
  • Augmentation des allocations handicapés.
  • Limitation des loyers. + de logement à loyers modérés (notamment pour les étudiants et les travailleurs précaires).
  • Interdiction de vendre les biens appartenant à la France (barrage aéroport…)
  • Moyens conséquents accordés à la justice, à la police, à la gendarmerie et à l’armée. Que les heures supplémentaires des forces de l’ordre soient payées ou récupérées.
  • L’intégralité de l’argent gagné par les péages des autoroutes devra servir à l’entretien des autoroutes et routes de France ainsi qu’à la sécurité routière.
  • Le prix du gaz et l’électricité ayant augmenté depuis qu’il y a eu privatisation, nous voulons qu’ils redeviennent publics et que les prix baissent de manière conséquente.
  • Fin immédiate de la fermeture des petites lignes, des bureaux de poste, des écoles et des maternités.
  • Apportons du bien-être à nos personnes âgées. Interdiction de faire de l’argent sur les personnes âgées. L’or gris, c’est fini. L’ère du bien-être gris commence.
  • Maximum 25 élèves par classe de la maternelle à la Terminale.
  • Des moyens conséquents apportés à la psychiatrie.
  • Le Référendum populaire doit entrer dans la Constitution. Création d’un site lisible et efficace, encadré par un organisme indépendant de contrôle où les gens pourront faire une proposition de loi. Si cette proposition de loi obtient 700 000 signatures alors cette proposition de loi devra être discutée, complétée, amendée par l’Assemblée Nationale qui aura l’obligation, (un an jour pour jour après l’obtention des 700 000 signatures) de la soumettre au vote de l’intégralité des Français.
  • Retour à un mandat de 7 ans pour le Président de la République. ( L’élection des députés deux ans après l’élection du Président de la République permettait d’envoyer un signal positif ou négatif au président de la République concernant sa politique. Cela participait donc à faire entendre la voix du peuple.)
  • Retraite à 60 ans et pour toutes les personnes ayant travaillées dans un métier usant le corps (maçon ou désosseur par exemple) droit à la retraite à 55 ans.
  • Un enfant de 6 ans ne se gardant pas seul, continuation du système des aides PAJEMPLOI jusqu’à ce que l’enfant ait 10 ans.
  • Favoriser le transport de marchandises par la voie ferrée.
  • Pas de prélèvement à la source.
  • Fin des indemnités présidentielles à vie.
  • Interdiction de faire payer aux commerçants une taxe lorsque leurs clients utilisent la carte bleue.

Etc…

Le simple fait que cette liste existe démontre bien des choses sur la situation de notre pays.

En réalité ces points ne sont ni plus ni moins que des vœux, des souhaits, des points de vues exprimés par des français qui n’ont jamais l’occasion de se faire entendre et surtout de mettre en place leurs attentes en participant activement aux débats et à l’écriture des lois.

Ce défaut, ce manque d’expression de l’opinion publique et l’impossibilité d’agir sur le plan politique démontre l’existence d’un problème profond au sein de notre système politique :
Nous vivons dans une oligarchie.
C’est à dire au sein d’un système dans lequel seul un petit nombre de personnes décident pour l’ensemble de la population.
En somme une dictature.

Contrairement à ce que l’on nous raconte par le biais de cours d’éducations civiques depuis notre plus tendre enfance et via différents médias durant le reste de nos vies : La république française, et ceci depuis ses premières heures, n’a jamais été une Démocratie.

La Démocratie est un système dans lequel le peuple a directement accès aux pouvoirs fondamentaux d’un état de droit.
L’avantage de ce système est qu’il garantit une séparation optimale des pouvoirs, en les diluant dans le peuple, ce qui a pour effet de protéger la communauté des abus de pouvoir.

Dans une Démocratie, le peuple a donc accès au pouvoir législatif :
Il propose et vote des lois.

Au pouvoir Exécutif :
Il participe à la mise en place des lois et gère la politique courante.

Au pouvoir Judiciaire :
Il veille à ce que les lois soient correctement appliquées et respectées.

Or la liste que vous avez lue précédemment démontre par A+B que la France n’est pas une Démocratie, car en Démocratie celle-ci n’aurait aucune raison d’exister puisque n’importe qui pourrait proposer une loi.
N’importe qui pourrait participer au débat concernant une loi.
Et surtout, l’ensemble des citoyens de France participerait au vote des lois.

C’est d’ailleurs la raison 1ère de l’existence du vote : exprimer un vœux
Le vote, par définition, ne sert pas à élire car élire revient à demander à quelqu’un d’autre de s’exprimer à notre place.
« Voter pour élire » est ce qu’on appelle une injonction paradoxale.
« Voter pour élire » est la marque des systèmes oligarchiques électifs.
« Voter pour élire » est anti-démocratique.
Surtout quand il s’agit de voter pour un homme surpuissant qui détient énormément de pouvoirs et qui n’a aucun compte à rendre aux personnes qui l’ont élu.

Pourtant, on nous bourre le crane que notre système est une Démocratie alors qu’il est son extrême opposé…
Ce bourrage de crane passe principalement par l’éducation qui conditionne nos réflexions à l’age adulte. Ainsi nous avons tendance à donner du crédit à ce que nous avons entendu étant jeune.
Nous avons encore plus de mal à remettre tout cela en question quand des influenceurs répètent naïvement ou bêtement ce que d’autres ont répéter avant eux.
L’idée faussement rependue que nous vivons en Démocratie s’en retrouve ainsi renforcée par divers mécanismes : le fonctionnement de la société, des institutions, du milieu social ou encore de l’ignorance, de la paresse intellectuelle quand ce n’est pas la couardise ou carrément de la collaboration de la part des influenceurs d’opinion publique.

Le problème de cette idée fausse est qu’elle est malgré tout ancrée en nous.
Ainsi, quand la grogne sociale se fait entendre, quand le poids de la machine à produire de la richesse sur le dos du peuple devient trop lourd, nous somme capables d’exprimer nos vœux en lien avec les conséquences de notre système mais nous n’arrivons pas à formuler la solution en lien avec la cause.
Ce qui est « normal » puisque la solution à nos problèmes a été souillée et usurpée par son inverse.

Il est peut être temps de mettre un terme à cette mascarade, non ?

Alors puisque nous souhaitons un changement, puisque nous avons exprimé et démontré que nous sommes doués d’intelligence et de sensibilité politique. Que nous sommes capable d’exprimer concrètement des réformes qui nous semblent nécessaires pour notre pays.
Que par cette expression nous démontrons que nous ne sommes jamais entendu.
Il semblerait logique que la revendication primordiale portée par les gilets jaunes et l’ensemble du peuple devrait être la nécessité d’un changement de régime politique, la nécessité de l’instauration d’une 1ère Démocratie de France.

En faisant de cette revendication notre mot d’ordre principal, nous pourrons remettre les mots à leurs places ce qui déclenchera automatiquement un grand nombre de vertus :
Par exemple, l’oligarchie devrait avoir plus de mal à nous diviser sur des questions de forme, elle aura moins de manœuvre pour sa propagande et n’aura d’autre choix que de porter ce message fondamental appelant à un changement profond de système politique.
Si nous voulons êtres efficace sur le long-terme, nous devons casser le cercle vicieux du mensonge qualifiant notre régime de « Démocratie ».

Ceci est primordial pour la suite.

Car absolument aucune réforme proposée actuellement ne pourra donner pleinement de bons résultats si nous n’arrivons pas à remettre les mots à leurs places, à comprendre que nous devons déprogrammer notre impuissance politique et ainsi programmer une 1ère démocratie de France. Pire encore si la cause profonde de notre impuissance n’est pas ciblée correctement, les réformes proposées pourraient se retourner contre nous et améliorer le camouflage de notre dictature en démocratie.

La Démocrature.

L’instauration d’une 1ère démocratie de France s’inscrit dans l’ordre naturel des choses puisque les résidents d’un pays, le peuple, celui qui rend possible la vie économique, la vie sociale et politique de son pays devrait naturellement être aux premières loges de l’organisation du fonctionnement de SON pays.
Il est celui qui crée l’activité, il est logique qu’il soit le plus apte à comprendre SES problèmes.

Dès à présent il est temps d’assumer votre intelligence, vos convictions et votre volonté participative. Il est temps d’appeler, de clamer cette cause commune qui se cache derrière le mouvement des Gilets Jaunes et dans l’esprit de tout les français, cette cause commune qui fera de nos différences notre force, cette cause commune appelant une 1ère Démocratie de France.

Laisser un commentaire