Déc 27

Et si on arrêtait de jouer leur jeu ? – version texte

Analyses des stratégies oligarchiques

Voilà maintenant plus d’un an que le mouvement des gilets jaunes a commencé cependant les avancées et l’efficacité ne sont toujours pas au rendez-vous.

Pourquoi ? Comment ?

Voici un article dans lequel un point de vue non exhaustif d’un pseudo-citoyen lambda étudiant les mécanismes de propagandes vous sera proposé.

Après un départ sur « les chapeaux de roues », sûrement dû à un mal-être commun et grandissant face à un régime républicain oligarchique, l’intensité du mouvement des gilets jaunes a largement diminuée.
Voici 1 an que ce mouvement existe et on constate que l’empereur, l’oligarchie gravitante et ses chiens de gardes continuent à faire la sourde oreille. Pire encore ils ont continué tranquillement la mise en œuvre de leurs réformes.
Rappelons que nous avons eu le droit pendant cette soit disant « crise des gilets jaunes » à diverses promulgations et réformes plus ou moins achevées à l’heure ou vous lirez ces lignes, notamment :


Ce sont des exemples concrets démontrant que pour le gouvernement et l’oligarchie nous n’avons aucune crédibilité et/ou que nous ne représentons en rien une menace pour l’ordre établi et leur « calendrier » des réformes.

Ce constat impose une remise en question.

Alors pourquoi/comment en sommes-nous arrivés là ?

Probablement parce que nos maîtres sont loin d’être des abrutis, il semblerait que nous avons été bernés sur 2 plans. (ce qui persiste encore aujourd’hui)

Nous avons été manipulés sur le plan de la méthode de contestation, on nous a emmenés sur un terrain ou nous sommes de-facto en position de faiblesse.
Pendant que sur le plan intellectuel tout est fait pour nous diviser, nous empêcher de mettre le doigt sur le problème et ainsi d’exprimer clairement une solution qui rendrait possible la convergence

  1. Manipulations des méthodes de contestations

Rappelons nous qu’au début du mouvement il était question de :

  • Prendre les ronds points pour diverses raisons, notamment pour alerter nos homologues. (qui d’ailleurs soutenaient et soutiennent encore le mouvements des Gjs)
  • De faire de l’action directe (blocages et sabotages), notamment en occupant les péages d’autoroutes, l’un des symboles forts de la privatisation en France.
  • De boycotter les grandes surfaces
  • De manifester son mécontentement dans la rue

C’est au moment de l’application de ces différents points, dont encore une fois la liste n’est pas exhaustive, que l’influence du mouvement a grandi d’une manière impressionnante.
Par sa diversité, sa force et sa spontanéité il a inquiété nos maîtres

Ce sont surtout les points en lien direct avec l’économie qui ont touché le plus nos oligarques c’est-à-dire les actions directes dans le secteur du transport, le commerce et les appels à ne pas consommer dans les grandes surfaces.
Il est aussi certain que les sabotages comme « la chasse aux radars fixes » est une forme de résistance efficace car elle empêche une prédation directe de l’état sur nous.

Voici ce qu’on pouvait entendre dans les médias à propos du discours de Bruno La Maire le 26/11/2018 :

« Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a affirmé que le mouvement des gilets jaunes a eu « un impact sévère » sur l’activité économique. Il a rencontré ce lundi 26 novembre 2018 les représentants des organisations professionnelles affectées. « Dans la grande distribution, la perte de chiffre d’affaires a été de 35% le samedi 17 novembre et de 18% le samedi 24 novembre », a-t-il annoncé. »
BFHaine TV 26/11/18

Bizarrement, c’est à l’Acte 3 que les choses ont commencé à changer (01/12/18).
Car c’est à l’acte 3 que la violence et la répression sont montées d’un cran et c’est ainsi qu’un grand nombre de gens courageux ont été blessés, amputés et mutilés. Nous sommes passés de 130 interpellations et 24 blessés pour l’acte 2 à 412 interpellations et 263 blessés ! Et ceci seulement pour la ville de Paris

L’acte 4 fut marqué par une augmentation drastique des interpellations. Ainsi il y eut 1300 interpellations et environ 118 blessés et ceci uniquement pour la ville de Paris.

Les diverses forme de répressions continuèrent ce qui scinda le mouvement en 2 :

  • Certains ont arrêté de manifester par peur d’être interpellés, amputés ou mutilés.
    Ce qui est tout à fait compréhensible.
  • Pendant que l’attention des autres Gilets Jaunes a été focalisée sur les manifestations traditionnelles.
    Pas forcément pour « en découdre » avec les forces de l’ordre, mais aussi pour montrer que la répression n’aura pas prise sur eux.
    Que malgré tout, ils seront la.
    Visions et pensées qui sont elles aussi tout à fait compréhensibles.

Cependant petit à petit le nombre de blocage a baissé et de la même façon les appels aux boycotts sont tombés quasiment aux oubliettes, comme s’ils n’avaient jamais existés.

C’est là où l’étau a commencé à se resserrer.

Tandis que le nombre de GJ était en baisse (voir Nombre de participants), les manifestations classiques sont devenues la norme du mouvement.


Elles se sont enchaînées de samedis en samedis, de semaines en semaines et de mois en mois.

Il y eut toujours un certains nombres de mutités car il y avait toujours des irréductibles gilets jaunes courageux pour se donner gratuitement et pacifiquement aux tirs de LBD et autres.

Ils allèrent servir malgré eux d’exemples, de supports de communication pour l’oligarchie, de messages vivants destinés à leurs semblables sur-lesquelles nous pouvons lire :  « Viens te plaindre si tu l’oses. »
Ainsi on peut se demander si Jérôme Rodrigues n’a pas été délibérément pris pour cible afin que par sa notoriété la propagande soit bien diffusée.

Naturellement le mouvement continua a s’étouffer.
Malgré quelques sursauts de mobilisation dû à diverses situations ainsi qu’aux multiples et régulières provocations de l’Empereur («Si être Gilet jaune, c’est vouloir moins de parlementaires et que le travail paie mieux, moi aussi je suis Gilet jaune», a déclaré Emmanuel Macron le 31 janvier 2019 ou encore le fameux «Quand on est fragile, on ne se met pas dans des situations comme celle-ci »

au sujet de la manifestante agressé à Nice par un CRS, Macroléon 4 alla jusqu’à dire : « Je lui souhaite un prompt rétablissement, et peut-être une forme de sagesse » 25 mars 2019 etc…).

Dans un sens et pour le moment cette déconfiture n’est peut-être pas une si mauvaise chose car on ne peut pas continuer à se sacrifier pour rien.
D’autant plus que le nombre de Gilets jaunes a officiellement baissé, même du point de vue des organisateurs, mais le soutien de la majorité des Français semble toujours là.

Parfois il est préférable de simplement perdre une bataille pour mieux revenir.

Nous pouvons en profiter pour réfléchir sur le mouvement, sur nos erreurs et sur nos forces.
Sur les moyens les plus efficaces pour faire plier ceux qui ont pris pour habitudes de se comporter comme des prédateurs.
Ces ambitieux qui ne se contentent jamais de ce qu’ils ont et préfèrent arracher le bras de leurs victimes quand celle-ci leur tendent la mains.

La violence est leur terrain, tant que nous serons dans la confrontation frontale nous serons perdants.

  1. Manipulations et divisions sur le plan intellectuel.

S’il y a bien un fait sur lequel nous pouvons tous nous accorder, c’est la diversité des propositions formulées par les gilets jaunes et par extension par le peuple de France (Voici un article dans lequel la liste est évoquée). Ce grand nombre de propositions est un signe fort et porteur d’espoir pour la suite des événements car il confirme que le peuple de France souhaite devenir souverain.
Peuple de France car encore une fois le mouvement est soutenu par la majorité.
Il serait d’ailleurs peut être judicieux d’abandonner le côté clanique « GJ » pour assumer et prendre sa place de future citoyen français. (nous ne sommes pas en Démocratie nous ne pouvons pas nous appeler « citoyens »)

Paradoxalement il semblerait que le problème principal soit aussi en lien avec la multitude de revendications et avec l’incapacité chronique que nous avons à appeler la solution qui engloberait l’ensemble de ces revendications de manière la plus juste.
En somme une cause de convergence systémique.

Très tôt dans le mouvement, les influenceurs plus ou moins consciemment à la botte de l’oligarchie, ont cherché à extirper de la bouche des quelques représentants des mots d’ordres, des revendications précises.
En même temps ces influenceurs sont aujourd’hui face à une situation qui n’arrive que très rarement :

Ils sont face à un mouvement autonome, non-institué, qui n’est sous la tutelle d’aucuns syndicats, de partis, ou autres organisations politiques.
Ils sont face à un mouvement dont le catalyseur est un raz-le-bol commun en réponse à un ordre social prédateur, oppresseur et anti-démocratique n’ayant que trop duré.
Un mouvement dont l’origine est purement populaire et naturel.
Autant dire que pour eux ceci est un OVNI
.

Cependant cette situation, cette diversité, a permis aux oligarques de choisir parmi telle ou telle revendications celles qui auraient le « privilège » d’être diffusées massivement.

Afin d’avoir une idée plus précise de la situation sur le plan de la propagande, j’ai décidé de me lancer dans une analyse du traitement des propositions les plus populaires au sein du mouvement des gilets jaunes par la sphère médiatique mainstream.

J’ai procédé de cette façon :

En me basant sur le compte-rendu du site « le vrai débat » :

J’ai retenu les 4 premières propositions, à savoir :

  1. Suppression des rémunérations et privilèges de tous les élus (y compris le Président) après la fin d’un mandat
  2. RIC dans la constitution
  3. Casier vierge pour les élus
  4. Prise en compte du vote blanc ou nul en tant que suffrage exprimé et invalidation d’une élection si majoritaire

Ensuite j’ai décidé de regarder mois par mois, l’impact et le traitement médiatique des 4 premières revendications les plus plébiscitées en utilisant les 2 premières pages de Google (à noter que le nombre maximum de référencement se situe donc entre 20 et 22).
Ainsi j’ai comptabilisé les articles provenant de médias et influenceurs mainstream qui traitaient des revendications à ces périodes.
J’ai donc exclu les petits médias, les commentaires sous les articles HS, les blogs et autres OVNIs journalistiques que nous sommes.
Aucun jugement n’a été porté sur le contenu de l’article, m’appuyant sur le principe de propagande suivant: «  Il n’y a pas de mauvaise pub »
Celui-ci est d’autant plus vrai quand il s’agit d’analyser la diffusion de revendications et la manipulation de l’opinion publique.

Pour les recherches j’ai utilisé les mots-clés suivant (j’ai été obligé de raccourcir les intitulés des propositions pour des raisons techniques) :

  • P1 : Suppression des rémunérations et privilèges de tous les élus gilets jaunes
  • P2 : RIC gilets Jaunes
  • P3 : Casier judiciaire vierge pour les élus gilets jaunes
  • P4 : Prise en compte du vote blanc ou nul gilets jaunes

Voici le résultat obtenu :


Ce résultat n’est pas exhaustif, mais nous pouvons quand même constater que les revendications des GJs n’ont pas du tout eu le droit aux mêmes traitements.
On ne peut qu’être surpris de constater à quel point la revendication P2, celle du RIC a été porté par l’oligarchie et ceci dès le début du mouvement.

Histoire de vous donner un peu plus de précision voici une liste non-exhaustive des médias appartenant à des oligarques ayant relayé cette revendication et ceci UNIQUEMENT pour le mois de DECEMBRE (et en recherche limitée):

  • Le parisien
  • Huffingtonpost
  • L’express
  • Sud Ouest
  • BFM TV
  • 20 minutes
  • C News
  • Libération
  • Le monde
  • Ouest France
  • France Inter
  • RTL
  • Marianne
  • RFI
  • France Bleu
  • Le point
  • Europe 1

Le clou du spectacle est qu’elle est même la seule revendication ayant été relayée par… ni plus ni moins que… le gouvernement. Vous savez ces gens qui nous gouvernent et qui nous mentent ?

Je ne parle pas là d’une simple évocation lors d’un discours, comme cela a pu être le cas avec d’autres revendications, mais bel et bien d’un article dédié sur la page du site du gouvernement

A ce niveau là, et après examen du graphique, on peut quasiment affirmer que cette revendication a été « choisie » pour nous par l’oligarchie.

Un joli cheval de Troie.

Mais alors pourquoi ?
Comment expliquer un tel traitement de faveur ?

Il y a forcément plusieurs raisons, je vais tenter d’en donner quelques unes.

Déjà le RIC est un concept comme dirait l’autre, il y a autant de RIC que de courants de pensées en France. Ces initiales permettent à chacun de voir midi à sa porte.
Donc il est normal qu’il puisse se diffuser au sein de la population, y compris dans la caste oligarchique, d’autant plus quand elle est organisée en « démocrature » c’est à dire une dictature camouflée en démocratie.
Car un tel outil en démocrature pourrait forcément faire plaisir aux oiseaux coincés dans la cage de la dictature et ainsi la renforcer.


Cette diversité de type de RIC, de point de vue, est déjà une belle source de confusion car entre le RIC des puristes (Article 3 etc..), le RIC des pseudo-citoyens lambda et celui des oligarques (à la Suisse) il y a tout un monde.
Nous arrivons même à des situations ou certains confondent RIC avec Référendum comme sur cette banderole…

Ceci démontre 2 choses

  • Il y a une confusion grave sur le plan politique qui est renforcée par le RIC
  • Les réalisateurs de cette banderole souhaitent devenir actifs sur le plan politique car actuellement ils n’ont aucun pouvoir, comme tout le monde

Du point de vue de l’oligarchie, il va de soi que quand une caste a accès à tout les pouvoirs fondamentaux (législatif/exécutif/judiciaire/monétaire/informatif), cette revendication est du pain béni puisqu’elle n’a rien de radicale.

En réalité il n’y a que la proposition des puristes du RIC qui pourraient entraver l’ordre établi dans la mesure où nos maîtres joueraient le jeu, ce qui n’est pas gagné. (Référendum 2005…)
Pour cela il s’agirait de rajouter un RIC en toute matière écrit pas le peuple.

Cependant le RIC, surtout s’il est bâclé, ne changerait rien en profondeur à cause de son fonctionnement a posteriori.

Si cette revendication était mise en place, elle permettrait à l’oligarchie de continuer à nous la faire à l’envers sous couvert d’une « pseudo-démocratie »… ce qui serait une catastrophe à la Suisse.

Dès l’instant où il serait mis en place, même dans le plus puissant des RIC fantasmé par certains, le fonctionnement de celui-ci donnerait une marge de manœuvre et un gain de temps que les autres revendications excluent par nature.

Car la « suppression des rémunération et privilèges de tous les élus » touche DIRECTEMENT aux conforts, aux pouvoirs de nos oligarques, cette revendication est intolérable du point de vue de l’oligarchie.

Il en va de même pour l’obligation d’avoir « un casier judiciaire vierge pour les élus », car la majorité des élus, ou du moins ceux qui sont les plus proches du pouvoir, sont noyés jusqu’au cou dans diverses affaires douteuses.
Une telle revendication inspire à voir des gens honnêtes au pouvoir, ce qui est intolérable du point de vue de l’oligarchie.


La revendication du « vote blanc » est un peu particulière, elle a une certaine radicalité mais elle permettrait aussi de gagner du temps.
Cependant il va de soi qu’avec la quantité d’abstentionnistes, si le vote blanc était pris en compte, ils pourraient tous voter blanc et ceci signerait la fin de la république oligarchique.
Encore une chose qui est intolérable du point de vue de l’oligarchie.

Pour résumer :

  • la revendication du RIC est l’instauration d’un outil dans un système oligarchique.
    Elle semble donc tolérable pour l’oligarchie étant donné le soutien rapide et massif que celle-ci a reçue de la part des influenceurs mainstream.
  • La revendication du vote blanc est aussi l’ajout d’un outil, mais avec une marge de manœuvres moindre par la suite.
    Ce qui pourrait expliquer un soutien moindre bien que légèrement supérieur aux 2 autres revendications.
  • Les 2 dernières revendications P1 et P3 sont quant à elles des demandes explicites de changement direct dans la vie politique.
    Ceci étant intolérable elles ont été quasiment boycottées par les médias.

Quelles sont les conséquences sur le plan intellectuel ?

Il est impossible de nier l’effet de la propagande pro-RIC sur le mouvement des GJs.
On peut raisonnablement penser que sans ce « boost » de l’oligarchie, le résultat du « vrai débat » n’aurait pas été le même et ainsi celui de mes travaux.

On peut aussi raisonnablement penser que si la diffusion du RIC dans le mouvement a été à ce point prononcée c’est parce que sous certaines formes le RIC, en tant que tel et/ou en tant que simple support de communication peut servir les intérêts de nos maîtres.
Car cette revendication joue sur le fil du rasoir avec notre problème primordial.
Elle renforce la confusion qui permet à la république oligarchique de perdurer depuis 230 ans.
Cette confusion en lien directe avec notre impuissance politique.
Avec le fait que nous ne sommes pas en Démocratie alors que nos influenceurs nous jurent le contraire.

Pensé du point de vue d’un oligarque, cet outil aurait ce formidable intérêt : celui de renforcer cette croyance.
Alors que les autres revendications ne font que démontrer l’évidence.

A cause de cette situation il faut insister sur le fait que le RIC n’est pas la Démocratie :

Il est un outil et non un système, permettant le jugement « après coup » du fonctionnement oligarchique.
Il ne garantit absolument rien, si ce n’est d’avoir de jolis barreaux de prison dans l’état actuel des choses.

Le système de la Démocratie est le pouvoir du peuple, par et pour le peuple.

Le RIC ajoute un outil à disposition du peuple qu’il pourra utiliser après l’utilisation des pouvoirs par ses maîtres SI les conditions et les oligarques le permettent.
La démocratie permet via un ensemble d’outils (évolutif en fonction des technologies) de donner en amont le pouvoir au peuple.
L’outil du RIC est donc plus proche du fonctionnement oligarchique et n’aurait quasiment aucun sens en Démocratie.

Car la Démocratie se conjugue au présent, là où le RIC se conjugue au passé.

Conclusion :

Si nous analysons tout cela, ce que signifie cette campagne et notre situation et que nous gardons en mémoire que le mouvement des GJs repose à l’origine sur un très grand nombre de revendications, alors nous pouvons affirmer qu’il est avant tout l’expression d’un mal-être général face à un ordre poltico-social prédateur et dictatorial.

Puisque nos maîtres ne veulent pas que nous prenions conscience que nous ne sommes pas en Démocratie,il semblerait logique d’insister sur ce point précis.

Voici ce point de convergence dont nous avons tous besoin.

Un point de convergence qui relie l’entièreté des revendications des Gilets Jaunes mais pas seulement.
Car c’est aussi le corps enseignant, le corps médical, les services publiques, les entrepreneurs artisans, professions libérales, les forces de coercitions bref, se sont toutes les branches du tissu social qui sont concernées.

C’est l’ensemble du peuple de France qui ne supporte plus d’être passé à la trappe, d’être juste bon à donner son avis et choisir une fois de temps en temps par quels monstres d’ambition il se fera dévorer.

Ce n’est pas cela la Démocratie, la Démocratie est un système dans lequel le peuple, à l’aide de divers mécanismes, a voix directement au chapitre.
Il n’élit pas des maîtres, il vote pour des lois.
Il n’organise pas ni ne déclenche des mécanisme a posteriori comme le RIC dans le cas où il se ferait violer une énième fois, car le peuple est à la base du mécanisme.

Il est à l’origine des lois.

Il veille à leur application.

Il fait la justice.

Cette forme d’organisation garantie au peuple de ne plus se faire abuser car elle dilue les pouvoirs dans la masse, en utilisant (entre autres) le tirage au sort pour ses diverses assemblées et garantir une représentation juste du peuple

Nous n’avons pas besoin de nous diviser, nous n’avons pas besoin de quémander à nos maîtres telle ou telle subventions, réformes ou autres.
Nous pouvons construire et avancer sans eux.
Nous avons les capacités de ne plus nous comporter comme des enfants, d’être dans cette pseudo-dépendance.
Nous pouvons devenir indépendant.
Ceci dépend uniquement de nous car comme nous pouvons le constater avec le début du mouvement des Gilets Jaunes, les choses ne sont pas ce qu’on pourrait croire.
Dans la réalité, ce n’est pas NOUS qui sommes dépendants de nos Oligarques.
AU CONTRAIRE c’est bien EUX qui sont dépendants de nous.

Car la plupart des oligarques préfèrent exploiter leurs homologues que de créer les choses par eux mêmes.
Peu nombreux sont ceux qui cultivent la terre, construisent des outils, des bâtiments, réparent ce qui peut l’être, travaillent dans les usines, effectuent divers services comme les pompiers, les infirmières, les médecins et bien d’autres encore.
A l’instar des négriers, la plupart des oligarques préfèrent utiliser des esclaves pour accomplir ces basses tâches qui ne sont pas à la hauteur de leurs ambitions démesurées.
Pourtant c’est bien ces tâches qui sont à l’origine de la création des choses et non leur prédation qui serait justifiée par leur supériorité.
Il ne faut surtout pas l’oublier sans nous ils ne sont rien.
Sans confrontation directe ils ne pourront plus avoir prise sur nous.
Mutiler des futures citoyen et tenter de manipuler les autres.
Sans NOUS, leurs monopoles, leurs richesses et centres commerciaux ne peuvent pas exister.
Donc encore une fois ce n’est pas nous qui sommes dépendants d’eux mais bien eux qui sont dépendants de nous.

Dans ce système où nous sommes tous considérés comme des consommateurs tout juste capables de penser, ne dit-on pas que « le client est roi » ?

Alors montrons leur sur quelle réalité usurpée repose cet adage.
Démontrons leur ce que ceci signifie.
Que les simples électeurs passifs souhaitent passer au stade de citoyens actifs.
De celui d’esclave exploité et de « bon client » manipulé, au stade de souverain multiple digne de gouverner.
De la Vème République oligarchique à la Ière Démocratie de France.

Alors n’ayons plus peur de nos maîtres, de leur « démocrature » et brisons la confusion.

Il n’y a qu’en appelant la solution, en replaçant les mots à leurs place et en mettant le doigt sur le problème fondamental, que nous pourrons espérer changer les choses de façon positive et durable un jour.

Qu’importe les événements futurs si l’idée, le système de la démocratie est compris et approuvé par l’ensemble du peuple celui-ci deviendrait imperméable à toutes les manipulations possibles et imaginables.

Tant que sa souveraineté naturelle ne sera pas programmée, un tel peuple ne s’arrêtera pas.

Merci pour votre attention.

Nov 28

Et si on arrêtait de jouer leur jeu ? – Version vidéo

Une vidéo dans laquelle une analyse du mouvement des Gilets Jaunes et des stratégies de l’oligarchie vous sera proposée.

Au programme : Les méthodes de contestations, les violences policières, traitement des revendications par les médias mainstream + analyse, la nécessité de briser la confusion de la démocrature et d’une réforme systémique vers une 1ère Démocratie de France.

Juin 11

Mise à jour de la base de données – 2 PDF

1 nouveau document a été ajouté à la base de donné.
La page contenant la compilation de sources réalisée par Gérard Foucher à propos de la création monétaire a également été mise à jour.

Propaganda est un livre d’Edward Bernays que j’ai pas mal utilisé dans cet article dédié à la propagande.
Ce livre devrait être connu par un maximum de personnes car bien qu’il a été écrit il y a quasiment 1 siècle, il renferme énormément d’informations pratiques et utiles pour qui cherche à comprendre le fonctionnement de notre société moderne.

Car Edward Bernays, double neveux de Freud, est l’homme qui a inventé le métier de « conseiller en relation publique », en somme le métier de « propagandiste ».
En mélangeant sa propre intelligence aux travaux de son oncle sur la psychologie, il a pu élaborer différentes campagnes de manipulations des masses avec succès.

On pourrait dire, presque sans exagérer, que si cet homme n’avait pas exister le monde comme on le connaît aujourd’hui aurait été très différent.
Il fut l’un des membres actif de la « Commission Creel », ayant façonné l’opinion des américains pour leurs donner envie de participer à la 1ère guerre mondiale.
L’une de ses campagne les plus célèbres fut celle élaboré pour l’« American Tabacco ». Le but de celle-ci a été de rendre possible le fait de fumer en public pour les femmes. Pour ce faire il utilisa, comme à son habitude, la psychologie et le symbolisme.

Bernays a participé à un grand nombre de campagnes, il fut stimulé à la fois par son appétit pour l’argent mais aussi par ses convictions philosophiques.

En savoir plus »

Avr 25

Aurait-il rejoint EM ? Ça aurait fait fureur…

Étant donné la situation, je me suis replongé dans mes recherches sur le Fascisme.
Je suis (re)tombé sur cette citation dans « La doctrine du fascisme » de Benito Mussolini.
Faute de temps pour vous concocter un contenu plus dense, j’ai simplement créé cette image.

Plus les choses avancent, plus notre régime rencontre des difficultés à masquer son vrai visage.
Suite au grand débat, l’Empereur a annoncé qu’il souhaite améliorer la Démocrature.
Il semble avoir décidé de renforcer le semblant de « démocratie » qu’il y a dans notre régime en parant la France d’un Référendum d’Initiative Partagé « amélioré ».

Restons vigilants.

Confondre outil et système risquerait de donner des résultats inverses à ce que nous, la masse, appelons.

Nous avons besoin d’une 1ère Démocratie de France, avec une nouvelle constitution purement citoyenne et non d’une Vème République dotée d’un RIP ou RIC incorporé à une constitution anti-démocratique.

À bon entendeur.

Fév 07

Cette cause commune des gilets jaunes et du peuple de France

Voici plusieurs mois que le mouvement des gilets jaunes a commencé.
Ce mouvement a vu le jour suite à une compilation de mesures d’austérité en France.
Le point de départ, la goutte d’eau qui a fait débordé le vase de la patience du peuple de France a été l’augmentation du prix du carburant.
Cette augmentation, cette énième mesure prédatrice a permis la naissance du mouvement des Gilets Jaunes.

Rapidement le mouvement et ses revendications ont évolués.
D’une revendication ciblée nous sommes passé à un grand nombre de revendications plus ou moins pertinentes mais toutes légitimes car elles sont l’expression de constats en lien avec des situations vécues par le peuple de France.

En voici une petite liste :

En savoir plus »

Articles plus anciens «